La 2nde guerre mondiale à Saint-Aubin des Bois (1939 – 1945)

Courant septembre – octobre 2012, vous aviez peut-être aperçu à la lisière des bois bordant la forêt, sur le territoire de notre commune, un “défilé” de véhicules de gendarmerie.

Dans le cadre d’un exercice de routine (manœuvre), les gendarmes de Lucé ont découvert 2 obus “à ciel ouvert”, l’un était inoffensif, mais l’autre actif. Cet obus a donc été désamorcé par le service de déminage de Versailles.

Vous vous poserez sans doute la question du pourquoi de cette découverte et que faisaient ces obus dans ces bois-là ?

C’est ce que nous allons tenter de vous expliquer.

Il faut remonter 73 ans en arrière : nous sommes le 3 septembre 1939, la France déclare la guerre à l’Allemagne nazie. C’est le début de la seconde guerre mondiale. Dans les jours qui suivirent, les hommes partirent de Saint-Aubin des Bois pour aller combattre. Les femmes et les personnes âgées durent remplacer leur mari et leur fils dans les travaux journaliers.

Début juin 1940, les Allemands passent la Seine. À Saint-Aubin des Bois, c’est l’exode vers la Loire pour fuir l’invasion.

Aux alentours des 13 et 14 juin, à l’aide de charrettes, guimbardes, carrioles surchargées le plus souvent tirées par des chevaux, le village se vide de ses habitants et les animaux sont lâchés en liberté.

Les Saint-Aubinois vont jusqu’à Soudé en Loir-et-Cher (41). Très peu passent la Loire à l’exception de quelques uns comme l’ancien curé de la paroisse, l’abbé Coudray, qui alla jusqu’en Vendée et revint un mois plus tard.

Les autres habitants du village sont rentrés le 20 juin.

Entre temps, l’armée française est arrivée le 15 juin à Saint-Aubin des Bois, suivie au bout de quelques jours par l’armée allemande. Ce jour-là, une bombe explose dans les champs près de la rue Marceau. Un soldat Sénégalais est tué près du château d’eau.

La présence des officiers allemands dans le village provoqua l’insécurité entraînant la crainte de représailles assez fréquentes dues aux menaces de ces officiers.

Au soir du 12 août 1943, un bombardier américain s’écrase en forêt près de “la Brèche” (hameau qui était constitué à l’époque d’une seule maison, qui n’existe plus, en limite de commune avec Genainvilliers).

Le 14 août, des officiers allemands, aidés par des français réquisitionnés, recherchent des objets qui pourraient intéresser l’armée. Ils déclenchent accidentellement l’amorce d’une bombe qui provoque l’explosion de l’avion, mutilant, tuant, et ensevelissant des hommes.
L’endroit est toujours visible sous forme d’un trou qui faisait après l’explosion 70 mètres de circonférence et 9 mètres de profondeur !

Le samedi 9 juin 1944, des avions de chasse anglais mitraillent le château d’eau (des bâtiments de ferme en ont gardé des vestiges : les points d’impact de balles). Il fallut recourir aux tonnes à eau pour le ravitaillement.

Le deuxième mitraillage du château d’eau eut lieu le dimanche 28 juin au matin alors que des camions d’essence et de munitions étaient cachés un peu partout notamment autour de l’église. L’étable de Mr PICHARD fut incendiée et une vache fut tuée dans le pré de Mr THÉAU.

Une section de D.C.A. allemande (avions de chasse et canons de défense anti-aérienne) est installée aux “Gaziers” (sortie de Saint-Aubin des Bois vers Chartres). Les habitants réquisitionnés doivent renouveler le camouflage par des feuillages tous les jours et faire le ravitaillement en eau. Ils doivent également avec les chevaux et des tombereaux (sorte de charrettes à 2 roues que l’on décharge en les faisant basculer en arrière), aller reboucher les trous de bombes sur le terrain d’aviation de Chartres. Il leur faut aussi monter la garde près des meules de grain et surveiller la ligne SNCF.

Le 12 août 1944 a lieu le dernier bombardement des trains de marchandises en gare de Saint-Aubin des Bois (au Petit Chêne). Un habitant, Mr MINORET, y fut blessé aux jambes

Le 14 août, une bataille d’avions de chasse au-dessus du pays fait tomber un avion américain près de Grognault ; l’aviateur fut inhumé au cimetière de Fontaine-la-Guyon. Une balle incendiaire met le feu à un tas de paille dans la ferme d Mr PIPEREL à Chazay.

La forêt pendant ce temps-là devient un vrai dépôt de munitions, des milliers de tonnes sont amenées par camions venant du nord et par la ligne de chemin de fer construite par les allemands de la gare de Bailleau-l’Evêque au “Péage”.

À l’approche des américains, les allemands voulaient faire exploser ces munitions : Saint- Aubin des Bois et sans doute aussi d’autres villages alentour auraient été détruits! La catastrophe fut évitée au dernier moment : l’officier allemand chargé de la mise à feu avait coupé tous les fils électriques conduisant aux divers dépôts. Pourquoi?

C’est après la guerre, dans les années 50, que les services de déminage feront exploser tous ces engins. Ils le firent par quantités réduites. Certaines dépassèrent pourtant la normale puisque la toiture de Mr LEGUILLER fut soufflée et beaucoup de maisons lézardées. Un matin, des sortes de petits V1 (premier missile de croisière (bombe volante) créé par l’armée allemande – voir ci-dessous) qui firent plus de peur que de mal (aucun n’est tombé sur les habitations), sont partis un peu dans tous les sens : un s’enterrant dans un champ derrière la ferme de Mr BRULARD, un autre explosant près d’une maison, et certains sont allés jusque près de Saint-Georges-sur-Eure.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est missileV1-2ndguerremondiale.jpg.

Le dimanche 22 août 1976, un feu, de cause inconnue, s’est déclaré dans la forêt de Saint-Aubin des Bois ravageant 60 hectares. Outre les hectares de bois détruits, l’inquiétude pesa sur la présence d’obus et de bombes découverts au beau milieu du feu dont une cinquantaine de détonations se sont fait entendre juste après l’incendie. La protection civile de Versailles a été alertée pour désamorcer ces munitions.

La question de l’époque était “comment se fait-il qu’un terrain infesté de bombes et d’obus n’ait jamais été nettoyé depuis la guerre ?”

Ce nettoyage a bien été réalisé comme indiqué précédemment, mais la forêt de Bailleau est vaste s’étendant sur 680 hectares couvrant les communes de Bailleau-l’Evêque, Briconville, Dangers, Saint-Arnoult des Bois, Fontaine-la-Guyon, Mittainvilliers et Saint-Aubin des Bois.

On peut supposer qu’il reste encore de nombreux obus notamment au creux des cratères disséminés dans les bois, et on ne sait pas s’ils sont encore susceptibles d’exploser ou pas !

La preuve, 72 ans après, on en retrouve encore !

Florence BARRÉ

Petit retour en arrière : Par délibération en date du 12 août 1945 approuvée le 25 septembre 1945, le conseil municipal a décidé d’allouer la somme de 1 000 F au chef de chacune des familles sinistrées à la suite du bombardement de la gare de Saint Aubin – Saint Luperce le 7 juin 1944

Il s’agissait des familles JUVIN, BERNADET, Veuve FIAND Paul, FIAND Raymond et GUILLAUMIN, considérant la modicité de ressources de ces familles et l’importance des dégâts causés à leurs meubles et immeubles.

Que prévoit la loi pour la mention “mort en déportation” :

La loi n° 85528 du 15 mai 1985 a institué la mention honorifique “Mort en déportation” qui est portée en marge de l’acte de décès de toute personne de nationalité française, ou résidant en France, ou sur un territoire antérieurement placé sous sa souveraineté, le protectorat ou la tutelle de la France, qui, ayant fait l’objet d’un transfert dans un lieu reconnu comme lieu de déportation, prison ou camp visé par l’article L.272 du code, y est décédée”.

La même mention est portée sur l’acte de décès si la personne a succombé à l’occasion du transfert dans un camp.

Procédure d’attribution : l’existence d’un acte de décès ou d’un jugement déclaratif de décès est indispensable dans le cadre de l’attribution de la mention “MED” en faveur du déporté.

Cette plaque se trouve apposée sur le monument aux morts de la commune. Qui étaient ces deux personnes?

A) Une personne native de Chazay : Robert Fernand MAUPERTUIS, mort en déportation

Il faut distinguer plusieurs périodes dans la vie de Robert Fernand MAUPERTUIS :

1-Sa jeunesse, jusqu’à l’âge de 18 ans, du 10/07/1922 au 10/07/1940.

2-Son passage par l’Ecole Normale d’Instituteurs de Chartres comme élève maître, ses stages, sa formation, du 10/07/1940 au 30/09/1942.

3-L’obtention de son premier poste d’enseignant en tant que stagiaire puis titulaire, du 01/10/1942 au 11/03/1943.

4-Son départ pour le STO en Allemagne et son décès, du 12/03/1943 au 20/04/1945.

Nous allons essayer de retranscrire son histoire en nous servant du registre d’état civil de Saint Aubin des Bois, des documents tirés de son dossier d’instituteur que nous avons consulté aux archives départementales d’Eure et Loir, du travail très complet de recherche de Mme Marie-Thérèse GRANGÉ, de Brest, qui effectuait une recherche sur les enseignants d’Eure et Loir pris dans la tourmente de la seconde guerre mondiale, ainsi que des documents plus personnels.

1-Acte de naissance de Robert MAUPERTUIS (registre d’état civil de la commune de Saint Aubin des Bois). “L’an 1922, le 10 juillet, vingt deux heures et demie, est né au hameau de Chazay, Robert Fernand, du sexe masculin, de Arsène Laurent Maupertuis, quarante deux ans, cultivateur, et de Camille Adrienne Roquillet, vingt huit ans, sans profession, son épouse, domiciliés au hameau de Chazay en cette commune. Dressé le 11 juillet 1922, six heures du soir,  sur déclaration faite par le père, en présence de Aristide Ernest Roquillet, grand père de l’enfant, cultivateur, majeur, domicilié au susdit Chazay, et de Paul Frédéric Bousteau, cultivateur, majeur, domicilié à Saint Aubin des Bois qui, lecture faite, ont signé avec le déclarant et Nous, Gédéon Esliens Maupertuis, maire de Saint Aubin des Bois”.

Sa tante du côté maternel, Marie Geneviève Roquillet, née également à Chazay le 02/01/1897, institutrice, célibataire, effectue toute sa carrière à Vérigny depuis 1920. Elle suit particulièrement les études de son neveu (ci-dessous une partie de sa lettre).

Nous n’avons pour l’instant pas trop de renseignements sur sa scolarité jusqu’à l’âge de 16 ans (il était peut être, certainement? dans la classe de sa tante à Vérigny) mais nous savons qu’il a obtenu le brevet élémentaire à Chartres le 7 juillet – 24 septembre 1938.

Le 1er octobre 1939 il est reçu au concours d’entrée à l’Ecole Normale de Chartres.

2-Robert MAUPERTUIS est élève-maître à l’Ecole Normale de Chartres du 10 juillet 1940 au 30 septembre 1942 (dans la colonne observations il est marqué à partir de 18 ans) soit pour la durée des services 2 ans 2 mois 21 jours.

Pendant cette période il va aller de stage en stage pour sa formation : école de garçons de Saint Luperce, école de garçons du Boulevard Chasles, stage à l’IFPI d’Orléans, au Centre Régional d’Education Générale et Sportive à Orléans, à l’école pratique de Montargis, stage dans une classe de second cycle.

Le 23 juin 1941, il est titulaire du Brevet Supérieur, mention “Industrie”.

3-Il obtient son premier poste d’enseignant titulaire à Epernon : il reçoit son acte de nomination sur ce poste le 28 septembre 1942 et sera installé le 1er octobre suivant. Il ne sera titularisé qu’à la date du 1er janvier 1943 et restera sur ce poste jusqu’au 11 mars 1943.

4-Commence alors le périple qui le mènera jusqu’au camp de Mauthausen.

Le 16 février 1943, promulgation de la loi par l’Etat français portant institution du STO (Service du Travail Obligatoire) concernant les jeunes gens des classes 1940, 1941, 1942 (jeunes gens nés en 1920, 1921 et 1922) qui n’effectuent pas de service militaire durant cette période sous le régime de Vichy.

Robert MAUPERTUIS, né en 1922, entre malheureusement dans cette catégorie. Sa tante Marie Geneviève ROQUILLET s’interrogera dans un courrier daté du 11 mars 1946, envoyé à l’Inspecteur d’Académie, sur la façon dont il a été désigné :

La réponse arrivera le 13 avril 1946 :

Le 11 mars 1943, Robert MAUPERTUIS laisse son poste d’instituteur titulaire à Epernon et le 12 mars il quitte son domicile de Chazay pour l’Allemagne.

Le 14 mars 1943, il est arrivé à Wilhelmshaven sur les chantiers navals militaires de la Kriegsmarinewerft où il travaille comme électricien.

“Robert MAUPERTUIS, requis pour le “Service du Travail Obligatoire” en Allemagne, est arrivé le 16 mars 1943 au camp de Sande (Oldenburg), ville voisine de Wilhelmshaven où sont hébergés les prisonniers des différents statuts contraints au travail sur les chantiers navals militaires de Wilhelmshaven et de Westwerft. Il a été employé comme électricien puis comme manoeuvre à l’arsenal. Nous avons presque toujours travaillé ensemble.

Robert MAUPERTUIS a quitté la chambre que nous partagions le 30 septembre 1944 pour gagner l’arsenal.De retour la veille d’un déplacement, je suis arrivé vers 9 heures au “Ressort II T artillerie” où nous travaillions, Robert MAUPERTUIS et moi.

J’ai appris par un camarade qu’il avait été arrêté et dans la matinée le bruit se répandit que d’autres français avaient été pris dans la rafle. Soixante et un ou soixante deux français figurant sur trois listes de 80 noms environ (80 en tout) furent arrêtés. Robert MAUPERTUIS partit pour le camp de Neuengamme (camp de concentration au sud de la ville de Hambourg, le plus proche de Wilhelmshaven).

Les causes de l’arrestation nous ont longtemps échappé. Nous avons d’abord cru à une erreur, qu’un jugement ne manquerait pas de disculper. Hélas, nous avons su par la suite de quelle façon la Gestapo jugeait, Robert MAUPERTUIS ne faisait partie d’aucune formation de résistance armée, mais son attitude fut une continuelle protestation, tantôt calme, tantôt vive, contre le régime nazi et les prétentions d’hégémonie des allemands. sa conduite ne fut jamais vile, ni humble, devant ceux qui se prétendaient nos maîtres. Il était sans aucun doute classé parmi les travailleurs les moins productifs et les esprits les plus difficiles à convaincre. Il milita sans cesse parmi ceux qui cherchaient, suivant le mot d’ordre, à “démoraliser les allemands”. Il ne dissimulait pas, probablement pas assez, son mépris pour ces “français” qui capitulaient et se faisaient les séides du régime nazi.

Ce n’est pas sans une émotion intense que je fais revivre tout ce passé. Tous ceux qui souffrirent de la gestapo ou la frôlèrent en frémissent encore.

Tous ceux qui connurent Robert MAUPERTUIS gardent le souvenir d’un camarade charmant, vrai générateur de courage, d’entrain, et, disons-le, de patriotisme. Il n’était pas chauvin mais aimait son pays qu’il souhaitait ardemment revoir, et méprisait ceux qui, étrangers ou français, le souillaient. Il ne tua point ses adversaires mais il sut les couvrir de ridicule. Sa verve ironique ne tarit jamais tant qu’il fut libre. Contre de tels hommes, les allemands de Hitler n’avaient qu’un recours : le supplice et la mort. C’est ainsi que Robert MAUPERTUIS nous fut enlevé”. (D’après un rare témoignage d’un camarade de Robert dans un courrier daté du 17 décembre 1953).

Le 13 février 1945, arrivée au camp de concentration de Mauthausen (Autriche) venant du camp de concentration de Neuengamme, immatriculé sous le n° 132 471.

Le 25 mars 1945, il quitte l’infirmerie du camp de Mauthausen selon un témoignage.

On ne peut qu’imaginer les souffrances endurées au jour le jour dans ces camps de travail.

Le camp de concentration de Mauthausen sera libéré par les troupes américaines de la IIIème armée les 5 et 6 mai 1945, soit 15 jours après le décès de Robert MAUPERTUIS ! Dans les jours qui ont précédé, le camp a connu “une mortalité effroyable“d’après le site de la Fondation pour la Mémoire des Déportés, historique de ce camp.

Sur le site de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, concernant les déportés internés à Neuengamme, nous trouvons le nom de Robert MAUPERTUIS avec le parcours complet ainsi libellé : Wil, Ng, Sa, Ma. Ces abréviations sont celles de Wilhelmshaven, Neuengamme, Sachsenhausen et Mauthausen.

Et comme évoqué au bas de la première partie de cette lettre, le grand père de Robert, Aristide Ernest ROQUILLET, 83 ans, ainsi que sa pauvre mère, Camille Adrienne ROQUILLET, épouse MAUPERTUIS, 51 ans, sont décédés le même jour, le 16 novembre 1945, dans des circonstances particulières.

Transcription de l’acte de décès de Robert Fernand MAUPERTUIS (registre d’état civil de la commune de Saint Aubin des Bois).  

L’an 1945, le 20 avril, est décédé à Mauthausen (Autriche) MAUPERTUIS Robert Fernand, instituteur, né le 10 juillet 1922 à Saint Aubin des Bois (Eure et Loir), domicilié en dernier lieu à Saint Aubin des Bois, fils de MAUPERTUIS Arsène Laurent, cultivateur et de ROQUILLET Camille Adrienne, son épouse, célibataire.

(MAUPERTUIS Arsène Laurent est né à Saint Aubin des Bois le 12 août 1879, de MAUPERTUIS Gédéon Esliens, 31 ans, cultivateur, domicilié à Saint Aubin des Bois, et de GANGNOLLE Victoire Isoline Radegonde, 28 ans, sans profession. Il s’est marié à Saint Aubin des Bois le 30 août 1921 avec ROQUILLET Camille Adrienne, née à Saint Aubin des Bois le 17 août 1893 et décédée le 16 novembre 1945).

Le présent acte a été dressé par nous, officier de l’état civil au ministère des Anciens Combattants et Victimes de le Guerre à Paris, le 17 septembre  1946, conformément aux dispositions de l’ordonnance n° 45256 du 30 octobre 1945 (art 31) inséré au Journal Officiel du 31 octobre 1945 sur la base des éléments d’information figurant au dossier du de cujus qui nous a été présenté ce même jour. L’officier de l’état civil, signé illisible.

Transcris le 20 septembre 1946, douze heures, par Nous, Pierre Etienne GAUTHIER, maire de Saint Aubin des Bois.

« Mort pour la France »

Pour le Directeur du contentieux de l’état civil et des Recherches, le Chef de Bureau des fichiers et de l’état civil-déportés. Signé illisible.

Pour mention, le maire, signé BIOU.

« Mort en déportation » annotation du 02 juillet 1996 sur le registre faisant référence au courrier en date du 20 juin 1996 provenant du ministère des anciens combattants et victimes de guerre, délégation à la mémoire et à l’information historique.

« Objet : loi n° 85-528 du 15 mai 1985 relative à l’apposition de la mention « Mort en Déportation » sur les actes et jugements déclaratifs de décès.

Conformément à l’arrêté du 26 janvier 1995 (JO du 08 mars 1995) pris en application de la loi précitée, je vous prie de bien vouloir :

Inscrire la mention « Mort en déportation » en marge de la transcription de l’acte de décès effectuée en votre mairie le 20 septembre 1946 au nom de MAUPERTUIS Robert Fernand, né le 10 juillet 1922 à Saint Aubin des Bois (Eure et Loir), décédé le 20 avril 1945 à Mauthausen (Autriche)

  • Conserver cet avis. Si une divergence apparait, retourner cette lettre accompagnée de la photocopie de la transcription en votre possession.
  • Envoyer un double de cet avis au greffe du tribunal pour mise à jour du deuxième registre d’état civil.

B) André PETIT

Le 13 novembre 1945, 5 heures, est décédé 55 rue Albert Rémy, sanatorium des cheminots de Ris Orangis, arrondissement de Corbeil, département de Seine et Oise, André PETIT, soldat au 115ème Régiment d’Infanterie, domicilié à Saint Aubin des Bois, né à Saint Aubin des Bois le 14 août 1912, fils de Louis Constant Félix PETIT, sans profession, domicilié à Saint Aubin des Bois, et d’Adèle Célestine LAMBERT, décédée. Célibataire. Il avait 33 ans. Mention “Mort pour la France”.

Cérémonie commémorative du 8 mai 2021

Ce samedi 8 mai 2021, les membres du conseil municipal, les porte-drapeaux, les deux maires honoraires, se sont réunis à 11 heures devant la mairie pour la commémoration du 8 mai 1945, en petit comité étant donné les mesures sanitaires en vigueur. Le petit groupe s’est dirigé en cortège jusque devant l’église où furent évoqués, une première!, les noms et la triste fin des deux saint aubinois ci-dessus, morts pour la France, dont les noms sont inscrits sur la plaque commémorative de la mairie et sur le monument aux morts de la commune.

Des bouquets ont été déposés sur les tombes des soldats décédés au cours des deux derniers conflits. A ce sujet il est apparu quelques interrogations sur la présence de la petite plaque bleu blanc rouge sur certaines tombes, sans que les noms soient inscrits sur le monument aux morts. Des recherches complémentaires vont être faites pour essayer de déterminer la cause du décès de ces personnes.

Puis, de retour devant le monument aux morts, deux discours ont été lus : celui de l’Union Française des Associations de Combattants et de Victimes de Guerre (UFAC) et celui de la ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la mémoire et des anciens combattants, Madame Geneviève DARRIEUSSECQ. Vous trouverez l’intégralité de ces massages ci-dessous.

Evelyne TROCHERIE pour le message de l’UFAC et Guy MAURENARD, Maire, pour le message de la Ministre